Notre constat

Ce que nous savons : 4 ruptures

L’étude interactive permanente menée par l’Odis depuis 1990 a conduit à identifier quatre gammes de ruptures :

  1. Les ruptures sociétales
  2. Des réunions professionnelles d’amateurs
  3. La rupture civilisationnelle
  4. Le modèle français essoufflé

  1. Les ruptures sociétales (Voir la vidéo)

  • Digitale : relation au territoire, aux organisations, entre les personnes,
  • Économique: populations en marge de l’emploi et du pouvoir d’achat,
  • Démographique: liens intergénérationnel, inter-territorial,
  • Rupture financière : spéculation automatisée,
  • Publique: budgets des États déficitaires…
  • Environnementale: biodiversité, matières premières,
  • Écologique: sols, eaux, air,
  • Rupture de la légitimité : abstention élections sociales, consulaires, politiques.

⇒ Impuissance et irresponsabilité se conjuguent

 

  1. Des réunions professionnelles d’amateurs (vidéo)

  • Préparation, expression, suivi : confisqué par une minorité
  • Ordre du jour : rare, peu respecté
  • Productivité : gisement souvent inexploité

⇒ Sensation d’inutilité, de perte de temps

 

  1. La rupture civilisationnelle (vidéo)

  • Après l’écriture et l’imprimerie, le digital : la nouvelle génération de moyens de communication accélère la circulation de l’information. Les savoirs et savoir-faire sont bouleversés en continu. L’autorité des experts et décideurs est déstabilisée.

⇒ Refondation de la légitimité

 

  1. Le modèle Français essoufflé

  • Paris : Centre routier
  • Paris : Omni Siège : politique, économique, social, médiatique
  • État : Régulateur expansif (multiplication des codes)
  • État : Formateur omniscient (grandes écoles = sphère publique)
  • État : Géant économique (grandes entreprises liées à l’État)
  • État : Médiateur social (souverain du paritarisme)
  • Déficit public : Déficit primaire, charge de la dette multipliable
  • France : 42ème à 55ème place entre 2012 et 2015

⇒ Citoyens impuissants ⇒ Irresponsabilité ⇒ 16 révolutions depuis 1789